Ma vie à la Villa

Robert Sengov et Alexander Deichman (Direction des infrastructures et des services informatiques)

Dans chaque édition de notre nouvelle infolettre, vous découvrirez le portrait d’une personne qui fait partie de notre famille marcelline. Pour ce numéro, nous avons rencontré un duo essentiel au bon fonctionnement de notre école: Alexander Deichman et Robert Sengov. Toujours très discrets et très occupés, ils ont heureusement accepté de nos accorder un peu de leur temps pour nous permettre de les découvrir.

L’HUMAIN DERRIÈRE LES INFRASTRUCTURES ET LA TECHNOLOGIE

Robert Sengov et Alexander Deichman ont tous deux connu la Villa en prenant la décision, alors qu’ils étaient des finissants de 5e secondaire, de poursuivre leurs études dans le petit collégial des Marcellines, en haut de la montagne. Tous deux ont été si charmés par l’école, son esprit de famille, la chaleur et l’environnement unique qui y régnaient, qu’ils y sont encore!

Comment a commencé votre histoire à la Villa?

RS: La première fois que j’ai visité l’école je ne connaissais pas encore les raccourcis et j’ai suivi à pied le long chemin du trajet en voiture, dans une tempête de neige. J’ai été accueilli chaleureusement au salon de la Villa par l’équipe de recrutement du collège. J’avais été accepté dans d’autres cégeps, mais l’ambiance familiale que j’ai ressentie dès les premiers instants m’ont convaincu.

AD: J’étais moi aussi accepté dans de nombreux cégeps ayant très tôt la bosse des études, mais dès ma première visite, et malgré la réputation du collège pour la grande charge de travail, j’ai voulu relever le défi et je n’ai jamais regretté mon choix.

Quel a été votre parcours après vos études collégiales?

AD: J’ai poursuivi ma passion et j’ai commencé un BAC en génie informatique, puis immédiatement la maîtrise dans le même domaine. Cela m’a pris un peu plus de temps que prévu parce que, dès le début, j’ai pu faire mes premiers pas dans l’enseignement.  Je venais de commencer la maîtrise quand on m’a appelé pour donner un cours d’été de physique au collégial de la Villa et je faisais aussi du tutorat à l’université. J’ai vite réalisé que l’enseignement me plaisait. On m’a offert une charge à temps complet en 2e secondaire et j’ai terminé ma maîtrise en génie informatique en parallèle. Après quelques années d’enseignement à la Villa, j’ai décidé de m’inscrire et de compléter la maîtise en pédagogique des mathématiques à McGill. Et me voilà, encore en train d’enseigner  les mathématiques et la physique à la Villa!

RS: J’essayais de gagner un peu d’argent en faisant mes études collégiales et les soeurs m’ont offert de travailler comme concierge après l’école. Elles ont vite constaté ma passion pour l’informatique et m’ont proposé d’installer la première salle d’informatique de la Villa en 1998. J’ai donc aidé à mettre en place le câblage, les ordinateurs et, éventuellement, le réseau…  et les soeurs ont décidé de me garder! Pendant mes études de génie à l’École Polytechnique, j’ai continué de travailler à la Villa et je ne l’ai jamais quittée! J’étais toujours à la VIlla et chaque jour je passais d’un sommet à l’autre de la montagne! En plus de m’occuper de l’entretien des systèmes, j’ai aussi donné des cours de bureautique puis d’informatique. J’adorais faire des projets avec les étudiants et les pousser plus loin. Cela a toujours été ma passion et j’aime la partager.  C’est aussi par cette passion que j’ai fait la connaissance d’Alex.

On sait que vous êtes très proches, comment a commencé votre amitié?

RS: Alex avait un problème d’informatique à la maison.  J’ai donc proposé de me rendre chez lui pour l’aider. Nous nous somme bien entendus et c’est ainsi que tout a commencé.

AD: Je ne me souviens pas de ce premier contact parce qu’on a eu tellement d’interactions depuis, à l’école et ailleurs! Nous sommes tous les deux passionnés, et si un projet nous plaît, on se donne tous les deux à fond, sans compter le temps. Nous collaborons ainsi depuis des années!

De quels projets êtes-vous les plus fiers?

RS: Quelle drôle de question! Tout ce que je fais pour l’école, je le fais parce que c’est nécessaire pour le bon fonctionnement de la Villa. C’est cela qui me rend heureux et m’apporte de la satisfaction. Je suis toujours content de donner à la Villa et j’aime aider: les soeurs, les élèves, le personnel…  Quand on me demande de l’aide, je laisse tout et je pars aider.

AD:  Tous les projets sont des opportunités pour être avec les gens et pour aider. Ce qui me reste dans les souvenirs, ce sont les moments passés ensemble à travailler, comme les nuits blanches à la Villa avec Robert pour mettre à jour les systèmes ou installer l’équipement. Plus que les réalisations, ce qui me rend fier et me motive, ce sont les interactions fructueuses avec les gens.

Sur quels projets avez-vous travaillé ces derniers mois?

AD: La situation particulière qu’a entraînée la COVID-19 et le contexte de transition à la Villa nous ont poussés vers une transition rapide au niveau des équipements et de la gestion institutionnelle. Nous avons dû procéder, entre autres, à la formation du personnel et à la mise à jour des infrastructures et le déploiement de l’enseignement à distance.

Pourquoi avoir relevé le défi des infrastructures?

RS: Avec toutes les années que j’ai passées à la VIlla, je connais la bâtisse dans tous ses détails. Je travaillais de près avec Sr Régina. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que Sr Régina, en plus de diriger l’équipe de concierges, avait des habiletés en construction! C’est elle qui a construit l’escalier en bois au 3e étage de la Villa! Elle a aussi coordonné les grands travaux de construction. Son absence a laissé un grand vide, et c’est alors que Sr Mathilde m’a demandé de reprendre le travail et de m’occuper de la plomberie, de l’électricité et de tout autre aspect lié au bon fonctionnement de la Villa. Cela me faisait plaisir. J’étais tout le temps à la Villa, j’y dormais même!

Vous êtes en quelque sorte les gardiens de la Villa. Quels sont selon vous les projets importants pour l’avenir de la Villa?

RS: Sr Louise m’a toujours dit d’être à l’écoute de ce qui se fait dans les autres écoles. C’est en effet un conseil très précieux. J’essaie d’être au courant de tout ce qui se passe afin de trouver les meilleures pratiques et en faire bénéficier la Villa. Pour moi, ce qui est important, c’est tout ce qui permet à la Villa de perdurer et de s’améliorer.

AD: Actuellement, on se rend compte, d’une part, qu’il faut déployer l’enseignement à distance tout en préservant les méthodes de travail, le développement de la rigueur intellectuelle, notre charisme et nos valeurs qui font notre renommée. D’autre part, on constate que les lieux physiques deviennent une partie intégrante du choix d’école, de la vie scolaire. Nous avons à coeur de travailler pour améliorer l’environnement et le rendre plus moderne et propice au développement intégral de nos élèves, tout en respectant les valeurs qui définissent cette école qui nous est si chère à tous.